• Accueil
  • > De Gignac la Nerthe au Rove

De Gignac la Nerthe au Rove

DE GIGNAC-LA-NERTHE AU ROVE – 17 avril 2016

 

Les quelques gouttes de pluie tombées le matin n’ont pas découragé les 22 adhérents qui se retrouvent sur le parking du « carrefour » de Gignac.

Après être passés sous l’autoroute, nous entrons sur le territoire du Rove, nous grimpons rapidement à la chapelle Saint-Michel (XIIème-XIIIème siècle) et son château ruiné. Sur le plateau, un petit détour nous fait découvrir au milieu de la garrigue les vestiges du « camp de Laure », le plus ancien oppidum en Provence datant de l’âge du bronze (-1800-1500 av. JC).

Par une large et confortable piste, nous traversons la plaine de Gignac pour enfin atteindre les hauteurs du village du Rove. Par la crête, nous allons le surplomber et nous offrir quelques belles percées sur la mer et Marseille. Au loin, la chaîne de l’Etoile avec le Pilon du Roi si caractéristique, et dans la brume la silhouette du Garlaban. C’est là que j’ai perdu un pari et le nord…

Nous arrivons enfin au but de notre balade : les fameux troupeaux de chèvres du Rove si reconnaissables avec leurs cornes en forme de lyre. Outre la brousse, elles remplissent une fonction écologique majeure par l’entretien de ces terres si souvent dévastées par les incendies. Nous faisons la pause déjeuner à la ferme de Cossimon, une superbe bâtisse malheureusement vandalisée et taguée, appartenant pourtant au conservatoire du littoral.

Pour le retour, nous empruntons d’abord la piste de dégagement du gazoduc toute droite, mais en montagne russe, ça descend fort, ça monte aussi fort. Cela en amuse certains qui préfèrent continuer sur ce mode, alors que les plus raisonnables récupèrent la piste officielle et plus douce. Nous plongeons alors dans un vallon, où l’on remarque les efforts de reboisement et d’irrigation opérés par le conservatoire du littoral. D’ailleurs, nous faisons une petite halte à un puit où nous pouvons y puiser une eau claire et fraîche à souhait, la chaleur se faisant déjà bien présente. Sans nous en rendre compte, nous enjambons le tunnel du Rove qui reliait jusqu’en 1963 l’étang de Berre à la Méditerranée.

Nous nous engageons alors dans le superbe vallon de la Gipière qui nous offre un autre paysage, minéral creusé par l’eau et le vent. Nous sommes à mille lieux d’imaginer que nous sommes si près de la civilisation qui pourtant nous rattrape au débouché du vallon par le bruit assourdissant de l’autoroute. Et c’est là que Dédé se rend compte qu’il a perdu ses clefs de voiture ! Il les retrouvera en retournant sur notre zone de pique-nique par la petite route qui rejoint l’Estaque.

Une randonnée facile qui nous fait découvrir des paysages insolites parfois hostiles avec la garrigue dite en « peau léopard », les rares pins d’Alep et ce maillage de pistes (sans balisage) pour la prévention des incendies.

 

Texte de Denise                                                                            

Laisser un commentaire




Video Power |
le haras de kanellita |
cibie3 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Gite "Pointe Percée", Accue...
| decouverte
| La Fabrique